Spirituel

Heures Miroirs

Si vous tombez au hasard sur une heure miroir ou une heure inversée, sachez qu’il y a certainement une signification spirituelle que votre ange gardien cherche à vous transmettre…

On parle d’heures miroirs lorsque le chiffre ou nombre des heures et le même que celui des minutes 22h22 et d’heures inversées lorsque les chiffres de l’heure sont à l’inverse de celui des minutes 21h12.

Vos anges communiquent souvent avec vous par le biais de nombres formés de chiffres identiques.

Ils s’y prennent de deux façons.

La première est de murmurer délicatement à votre oreille de manière à ce que vous leviez les yeux à temps pour remarquer l’heure à l’horloge ou un numéro de téléphone sur un tableau d’affichage. Ils espèrent que vous aurez conscience de voir plusieurs fois le même nombre formé de chiffres identiques.

La seconde façon dont les anges vous montrent des nombres formés de chiffres identiques ayant une signification, c’est en s’arrangeant physiquement pour que, par exemple, une voiture qui vous précède ait le numéro de plaque minéralogique qu’ils veulent que vous voyiez. Ceux qui sont conscients de ce phénomène deviennent des experts à déchiffrer le sens des différentes plaques d’immatriculation.

Demandez à vos anges ce qu’ils essaient de vous dire, et ils seront heureux de vous informer plus amplement pour vous aider à décoder la signification de ces nombres.

Sachez aussi que si vous voyez régulièrement la même H.M c’est que le message n’est toujours pas passé et la situation non intégrée.

 Description et informations.

  • 01h01 : Solitude, isolement, moi, principe paternel

Message de vos anges : tu es bloqué dans une énergie de solitude et tu t’isoles de toi-même et des autres.

  • 02h02 : Dualité, antagonisme, complémentarité, principe maternel

Message de vos anges :  tu es dans une dualité intérieure et dans un refus d’aide de la part des autres, surtout au niveau émotionnel.

  • 03h03 : Pensée, idée, verbe, communication

Message de vos anges :  tu es invité à faire confiance à tes pensées pour les exprimer avec volonté en mettant en avant tes propres idées.

  • 04h04 : Forme, force, terre, cycles naturels, gouvernement, pouvoir

Message de vos anges : faire confiance à ta force intérieure et de suivre les différents cycles de ton incarnation.

  • 05h05 : Vie, création, transmission, activité, vitalité, magnétisme

Message de vos anges : faire confiance à tes capacités de création, leurs donner vie et d’être connecté à ton pouvoir d’attraction.

  • 06h06 : Initiation, harmonie, loyauté, sagesse, choix

Message de vos anges : faire confiance à ton intuition, à ta sagesse intérieure pour faire des choix et pour être dans une nouvelle harmonie.

  • 07h07 : Prise de conscience, association, évolution, spiritualité

Message de vos anges : c’est une invitation à une nouvelle prise de conscience des choses importantes pour toi, surtout au niveau spirituel.

  • 08h08 : Libération, loi, discipline, éthique, conscience

Message de vos anges : c’est une invitation à être dans une libération de tes pensées, de tes émotions ou de tes énergies pour laisser la place à un nouvel équilibre. Tu es invité à agir avec tes convictions.

  • 09h09 : Complexité, vie antérieur, humanisme, recherches

Message de vos anges : c’est une invitation à te connecter avec tes vies antérieures pour comprendre le sens de tes expériences et pour recevoir des informations pour toi.

  • 10h10 : Confiance en soi, réalisations, fortune et élévation, travail

Message de vos anges : c’est une invitation à te faire confiance surtout en lien avec ta vie professionnelle.

  • 11h11 : Charisme, aspect visionnaire, nervosité, soif de pouvoir, rébellion

Message de vos anges : c’est une invitation à prendre conscience de ton agitation intérieure qui provoque de la nervosité et une connexion avec ta personnalité.

  • 12h12 : Clairvoyance, épreuves évolutives, karma, renoncement volontaire

Message de vos anges : ils t’invitent à te connecter à ta clairvoyance pour comprendre le sens de l’expérience que tu es en train de vivre.

  • 13h13 : Mort et résurrection, mutation cyclique, goût du changement

Message de vos anges : tu es dans une phase de renouveau. Tu es en train de clôturer un chapitre pour en ouvrir avec foi un nouveau.

  • 14h14 : Mouvement, progrès, instabilité, involution

Message de vos anges : tu peux être dans une agitation intérieure et extérieure. Cela t’empêche d’être ancré et d’être dans une réussite malgré tes efforts et tes démarches.

  • 15h15 : Passion, sexualité, magnétisme, volonté, régression

Message de vos anges : ils t’invitent à te connecter à ton intimité et trouver un équilibre entre construction et passion.

  • 16h16 : Fierté, besoin de solitude, purification, orgueil, isolement

Message de vos anges : ils t’invitent à prendre conscience que tes énergies ont besoin d’une purification car tu es trop connecté avec ton mental.

  • 17h17 : Volonté de dépassement, force créatrice, imagination

Message de vos anges : c’est une invitation à te dépasser et de faire confiance à ton imagination pour donner vie à tes rêves.

  • 18h18 : Amour supérieur, réceptivité, magie, illusion

Message de vos anges : ils t’invitent à te connecter en profondeur avec ta machine intérieure pour être dans une énergie d’amour.

  • 19h19 : Lumière universelle, pensée transcendante, énergie fécondante

Message de vos anges : ils t’invitent à te connecter à la Source et à ta lumière intérieure.

  • 20h20 : Rapidité, besoin de raison, alternance rapide de hauts et de bas

Message de vos anges : c’est une invitation à prendre conscience que la vie est une danse sous la pluie et qu’en t’adaptant à ces cycles tu peux rapidement donner vie à tes projets.

  • 21h21 : Succès final, sagesse divine, synthèse, couronnement

Message de vos anges : tu es dans une énergie de réussite totale sur tous tes projets.

  • 22h22 : Prestige et renommée, sens de la mission, génie

Message de vos anges : c’est une invitation à avoir confiance dans tes capacités qui vont apporter une reconnaissance.

  • 23h23 : Agilité, don pour les communications, protection, héritage

Message de vos anges : Ils t’invitent à avoir confiance en tes capacités de communication et à utiliser de façon positive ton karma familiale

  • 00h00 : Absence, sacrifice, attente, silence mental, préparation

Message de vos anges : tu peux être dans l’attente, dans une énergie de sacrifice alors que des synchronicités sont en préparation.

Voir plus loin

De plus, quelques nombres particuliers que je retiendrai et pouvant vous donner quelques informations importantes tout au long de votre cheminement.

000 :

Vous ne faites qu’UN avec l’univers, rappelez-vous-en et sentez la force de cette présence d’Amour. Une situation a terminé un cycle complet.

111 :

Faites attention à vos pensées, Faites en sorte de vous focaliser sur ce que vous désirez réellement. Une porte s’ouvre sur des opportunités et vos pensées sont en train de se manifester à une vitesse record. C’est comme si l’Univers avait pris un instantané de vos pensées pour faire en sorte qu’elles se manifestent sur le pan matériel. En êtes-vous satisfait car si tel n’est pas le cas, changez-les à l’instant avec l’aide des Anges.

411 :

Demandez un éclaircissement vital dont vous avez besoin

611 :

Demandez l’aide des Esprits pour prendre soin d’un problème que vous avez dans le monde matériel.

222 :

Vos nouvelles idées commencent à germer dans la réalité. Continuez à les arroser et à les nourrir, bientôt vous les verrez éclore.

333 :

Les Grands Sages* sont à vos côtés, ils veulent vous faire savoir que vous avez leur aide, leur Amour et leur complicité. Appelez-les autant que vous le désirez quand vous voyez cette combinaison (* les Grands Sages sont des entités très évoluées qui ont dédié leur existence à l’évolution de l’Humanité : Jésus, Marie, Marie-Madeleine, Moise, Djwal Khul, Gautama, Yogananda et bien d’autres)

444 :

Les Anges vous entourent et vous rassurent. Leur Amour et leur aide vous sont tout acquis. Ne vous inquiétez pas, ils ont tous près

555 :

Attachez vos ceintures car un changement majeur s’annonce dans votre vie. Voyez-le comme un événement naturel du flot de votre vie. Peut-être est-ce une réponse à vos souhaits ! Continuez à vous visualiser en paix et serein.

666 :

Vos pensées sont en déséquilibre, vous êtes un peu trop tourné vers le monde matériel. Rééquilibrez-les entre le spirituel et le matériel. Concentrez-vous sur l’Esprit et le service et sachez qu’ainsi vos besoins en seront automatiquement assouvis.

777 :

Les Anges vous applaudissent. Vous êtes sur la bonne voie. Continuez dans cette direction, sachez que vos vœux deviennent réalité. Ce signe extrêmement positif vous annonce plus de miracles en prévision.

888 :

Une phase est proche de la finalisation, préparez-vous, vous terminez une épreuve émotionnelle ou relationnelle. Il y a une lumière au bout du tunnel. Les récoltes sont prêtes à être faites. Ne tardez pas à la ramasser et à en profiter. Ne perdez pas votre temps et faites ce pas et vous bénéficierez des fruits de votre travail.

999 :

Phase finale. Terminus d’une phase vitale de votre vie vue de haut. Message aux Artisans de Lumière qui sont concernés par la guérison de la Terre : “redouble tes efforts car Gaïa a besoin de toi en cet instant”

La Confiance en Soi

Je suis profondément convaincu que rien n’arrive par hasard dans la vie. Que chaque chose, chaque événement qui se présentent à nous arrivent au bon moment et contribuent à nous faire progresser dans la direction qui est bonne pour nous.

La confiance en soi

C’est avoir la conviction de posséder les ressources suffisantes en soi pour faire face à ce qui va arriver. C’est donc la capacité à se jeter dans l’action malgré la possibilité d’avoir des doutes.
Beaucoup d’enseignants spirituels et autres ont souvent ces paroles « si tu veux avoir confiance en toi, il faut être sûr de toi ».
A juste titre, c’est tout le contraire. Dès lors que vous l’aurez compris, cela changera votre vie. La confiance en soi, c’est aller de l’avant quoi qu’il arrive, sans certitude du résultat.
La confiance c’est accepter de surmonter ses peurs et ses doutes et y aller quand même. La confiance en soi est différente de l’estime de soi. L’estime de soi est la valeur que l’on se porte, le degré d’amour que l’on a pour soi. C’est un autre sujet. Comment donner envie de vous aimer si l’on ne s’aime pas ? On peut avoir confiance en soi sans estime de soi ou inversement.

Elle n’est pas innée

Il ne suffit pas d’avoir connu une enfance heureuse ou de bénéficier d’un emploi satisfaisant pour afficher une parfaite confiance en ses moyens.
Toutefois, avec un peu de motivation et l’envie réelle de produire des efforts sur soi-même, il est parfaitement possible de la développer.
Gardez bien à l’esprit, que la confiance en soi peut être ressentie comme une émotion ou comme un état d’être.

Nous pouvons apprendre à être confiants à tout moment, tout en restant calmes et sereins dans n’importe quelle situation. Pour moi, c’est une faculté de me sentir bien où que je sois et quoi que je fasse.

 À l’intérieur de soi

Le meilleur de soi se révèle quand on fonctionne de façon alignée avec ses valeurs, ses passions et non celles des autres.
C’est là que l’on est à plein potentiel.
Il faut accepter ses doutes, accueillir ses peurs car on ne peut pas tout contrôler.
Si vous réfléchissez, de quoi vous inquiétez vous dans la vie ? D’être en retard ? De payer votre loyer, vos factures ?
Si vous lisez cette chronique, c’est que vous vivez peut-être dans le luxe, qu’il ne vous manque rien ou qu’il vous manque tout.  A suivre…
Le premier moyen est donc d’accepter d’avoir des doutes et d’arrêter de vouloir être prêt, que tout soit parfait pour passer à l’action. Faîtes-vous confiance, à vous, à votre intuition qui ne vous a que très peu souvent trompée, dîtes-vous j’y vais peu importe le résultat.
Il n’y a pas d’échec, que des expériences.

 La confiance vient des autres

Quel est le niveau de confiance d’un enfant aimé, bien entouré et félicité ? Et celui d’un enfant critiqué ?  Le niveau de confiance en soi dépend aussi de son entourage.
Adulte, c’est pareil.
C’est pourquoi il y a une dimension extérieure pour développer la confiance en soi. Savoir bien s’entourer, de vrais amis, qui vous veulent du bien de façon désintéressée.
Vous devez fuir les personnes toxiques.
Vous ouvrir aux autres, aux bienveillants, car vous apprendrez auprès d’eux. Ils vous donneront confiance avant de vous faire confiance, « je vais t’apprendre à faire tel ou telle chose, et après tu le fais toi-même. ».
Pour savoir si les personnes que vous fréquentez sont toxiques ou bienveillants, posez-vous simplement la question. Comment je me sens quand je suis avec eux, et après les avoir vu.
Si vous ne vous sentez pas bien à chaque fois, vous savez ce que vous devez faire.

La clarté des objectifs

Lorsque vous savez exactement où vous allez, je suis sûr que vous ne vous laissez pas influencer par ce qui se passe autour de vous et de ce que les gens pensent.
Vous vous faîtes confiance.
Plus vos objectifs sont clairs, plus vite vous les atteindrez et plus votre niveau de confiance est élevé. Un objectif clair signifie précis.
Si la plupart des personnes n’obtiennent pas ce qu’elles veulent, il y a deux raisons : elles ne savent pas ce qu’elles veulent. Ou, elles ne savent pas pourquoi elles le veulent.
Sans objectif clair, et sans raison de l’obtenir puissante, on abandonne au premier obstacle, comme les résolutions non tenues du début d’année que l’on répète chaque année.

Les compétences

Quel est votre niveau de confiance en vous si je vous interroge sur un sujet que vous maitrisez parfaitement ? Élevé, très probablement.
La compétence qui bien sûr apporte de la confiance. Pour réussir un examen, un entretien, vous devez avoir de la préparation.
Pour augmenter votre niveau de compétence, investissez dans ce qui vous permet de progresser plutôt que dans ce que le philosophe Spinoza appelle « le plaisir », qui lui est fugace. Derrière le sentiment d’avoir appris, il y a pour Nietzsche une « augmentation de la force vitale ».
Plus vous répétez un exercice, plus vous développerez votre compétence.

L’action

Sans action, il y a stagnation, sans mouvement dans la mer, vous coulez. L’action en dehors de votre zone de confort, c’est-à-dire ce que vous savez déjà faire, vous permettra de développer votre confiance en vous.
Plus vite vous échouez, plus vite vous apprendrez. Et le temps est compté. On attend souvent d’être motivé, inspiré pour agir.
Agissez maintenant, l’inspiration et la motivation suivront, comme l’appétit vient en mangeant.

Quelques pistes d’évolution

Quel est votre niveau d’audace quand vous vous sentez bien ?
Votre niveau de confiance en vous ?
Tout vous semble alors possible. Au contraire quand vous vous sentez mal, fatigué, stressé, le niveau de confiance et d’audace chute.
Plus vous découvrez ce qui provoque chez vous ce sentiment de bien-être (différent du bonheur), plus vous aurez confiance en vous.
Pour y arriver, rappelez-vous avec précision les moments où vous vous sentiez bien, et trouvez ce que vous faisiez, qui était avec vous, en clair, le pourquoi vous vous sentiez bien.
La clé est l’acceptation des scénarios noirs que son esprit (le mental) a l’habitude de créer. Quels sont donc les mécanismes qui pourront nous aider à nous libérer de toute incertitude et de toute crainte…

Un point important : « Ce n’est pas parce que vous savez une chose que cela vous dispense de la mettre en pratique ».

La Dépendance affective

Qu’est-ce ??

La dépendance affective est un trouble qui provoque une réelle anxiété caractérisée par une dépendance qui impacte tous les domaines de votre vie : que ce soit la sphère familiale, amoureuse, professionnelle ou encore amicale. Et s’il s’agit d’une véritable addiction à l’autre mais aussi à tout ce qui peut venir combler le vide que vous ressentez, ce terrible manque affectif est la cause de beaucoup de vos souffrances. Nous avons tous besoin d’être aimés et d’aimer. Pour certaines personnes ce besoin tourne à l’obsession.

Qui sont-ils ??

Ce sont des personnes qui vont manquer cruellement de confiance en eux et qui seront en demande perpétuelle d’amour et d’attention. Le dépendant affectif a peur de se retrouver seul et de perdre l’autre, il ne se sent jamais aimé suffisamment.

Déterminants :

La dépendance commence dès lors que l’idée de conserver l’autre à tout prix nous obsède au point de nous changer pour continuer à lui plaire. Si l’autre nous empêche de nous réaliser ou cherche à contrôler nos actions, nous faisons peu à peu passer nos envies après les siennes et nous nous éloignons, de qui nous sommes vraiment. Ceci n’est pas de l’Amour.
Souvent d’une jalousie excessive, le dépendant se persuade qu’il n’est pas assez bien pour mériter l’amour de son partenaire. Dès que ce dernier sera en contact avec l’extérieur il estimera être en danger car il risque d’être délaissé, trompé ou quitté.
Être dans le paraitre, il met tout en œuvre pour attirer l’attention vers lui. Il donnera énormément de sa personne car chaque relation lui permet de se sentir vivant. Il est impensable de ne pas plaire.
Il renie son identité pour plaire et est prêt à tout pour changer et faire en sorte d’être aimé quel que soit le sacrifice à faire si son partenaire n’aime pas telle ou telle caractéristique de sa personnalité.
Par harcèlement, il est capable d’envoyer des dizaines de messages en une soirée à son partenaire pour savoir si tout va bien ou pour lui demander quand il rentre. Il va aussi espionner ses moindres faits et gestes.
Toujours en « manque » d’affection, Il a besoin constamment de preuves d’amour car le manque qu’il a en lui donne l’impression de n’être jamais satisfait et d’avoir besoin de toujours plus de preuves.
Triste, Il a toujours cette marque en lui car il n’arrive pas à se faire du bien, se satisfaire en étant seul.
Par gros manque de confiance en soi, donc par redondance aux autres, il doute constamment et n’arrive pas à trouver les réponses vu qu’il est dépendant de l’avis et de sa vision des choses de son partenaire.
Ayant peur de l’engagement, il a tendance à attirer des partenaires qui ont peur de s’engager. Cela lui renvoie comme message la peur qu’il a de s’engager envers lui-même pour apprendre à se connaître et à regarder ses blessures en face.
Fusionnel, le dépendant fusionne car ça lui donne l’illusion d’être proche des gens. Il ne se rend pas compte qu’en agissant de la sorte il les étouffe et les fait fuir.

Prendre de la distance…

Il s’agit dans un premier temps, de prendre du recul sur votre vie et d’aller chercher dans votre enfance les éléments qui ont pu causer votre dépendance.

Puis, il conviendra d’apprendre, c’est important, de réussir à prendre de la distance et de se détacher des autres.
Apprendre à être libre de faire ce que vous désirez quand vous le désirez et vous rendre compte que cela ne vous fera pas perdre qui ou quoi que ce soit. Vous êtes libre ne l’oubliez pas.
En vous libérant du poids que peut avoir votre histoire amoureuse vous allez redonner un élan à votre couple.
En vous mettant en évidence et en portant attention à votre personne vous allez attirer le regard et l’envie de votre conjoint.
Cette prise de distance va vous permettre de sortir de la monotonie certes rassurante mais qui tue les relations, le couple, l’envie et la magie.
Il faut apprendre à pouvoir parler, s’exprimer sur son mal afin de pouvoir partager ses émotions. De ce fait les autres comprendront plus facilement la douleur du dépendant et pourront éventuellement l’aider.
Tout cela demande naturellement de prendre sur vous toutes les frustrations et les peurs relatives à l’angoisse de perdre l’autre.

Et savoir dire non !! s’affirmer, c’est d’une façon saine et respectueuse envers soi et envers les autres.

Plus subtil encore, certaines personnes, vues par tous comme des « sauveurs » sont en réalité des dépendants affectifs atteint de ce fameux syndrome du sauveur et qui, en volant au secours des autres, soulagent la tension et la détresse de leur vide intérieur…

A suivre…

Les Émotions Fondamentales

Des négatives, nous en avons tous… Telles que La colère, la tristesse, la honte, la peur, la culpabilité, le mépris, le dégoût. A vous de piocher le(les) bon(s) numéro(s) !!.
Bien qu’ils soient différents en durée et intensité, les émotions et les sentiments sont intimement liés. Les sentiments font vivre toutes sortes d’émotions et, à l’inverse, les émotions, si retenues, vont finir par générer des sentiments.
Pourquoi, face à une situation menaçante ou contraignante, certaines personnes perdent leur sang-froid, ressentent une profonde angoisse alors que d’autres restent calmes et sereines ?? Tout dépend de la puissance des Formes Pensées et la façon dont elles ont été régulièrement ravivés.

Les sentiments

Pour leur part, représentent un état affectif plus durable qui évolue avec le temps. Ainsi, les sentiments naissent, grandissent et finissent parfois par disparaître. Quelques exemples : amour, haine, confiance, méfiance, insécurité, bonheur.

Les émotions

Il suffit de poser la question autour de nous pour en arriver à ce constat surprenant : les gens ne savent pas vraiment définir ce qu’est une émotion. On la ressent, on la vit, on la côtoie quotidiennement, mais on ne la comprend pas forcément. Si on ne la comprend pas, on ne l’explique pas, on ne s’en détache pas.

Ce sont des réactions spontanées créées lors d’une situation considérée comme dérangeante à un instant t avant les 7 ans de l’enfant. Celle-ci à une durée approximative de 90 secondes (c’est une action rapide) et passé ce délai c’est ensuite nos pensées qui prennent le relais. Par la suite, cela devient inévitablement un sentiment générant une forme pensée négative. Chez l’enfant, on part d’une émotion qui dure et se transforme en Forme Pensée, chez l’adulte c’est le contraire.

Tout ce que l’on pense de nous fait partie de l’identification et je m’identifie à tous ces adjectifs, donc je Suis. Deviens artiste de tes émotions dans ta réalisation de Soi.

La Joie fait partie des émotions fondamentales mais serait d’après certain, la seule positive… Que nenni !!  La Surprise, par exemple, qui rentre dans les émotion négatives ne l’est en fait pas. Le Désir, l’Admiration, la Sérénité sont aussi des émotions positives.

J’aimerais aussi apporter quelque chose d’important. Ne pas confondre Intentions et Emotions… c’est complexe hein ?

Face à une situation contraignante ou menaçante, le processus d’adaptation naturel et instinctif consiste à adopter une de ces 3 positions : le combat, la fuite ou la soumission. Bien évidemment, aucune de ces réactions n’est positive pour soi. Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas, dans ma pratique, je travaille beaucoup sur les Formes Pensées.

« Le fou est toujours dans le besoin… le sage n’a besoin de rien !! et l’Amour dans tout ça ?»

A suivre…

Syndrome de Jonas

Nous avons tous une drôle de façon de nous mettre des barrières et de limiter notre potentiel. Fréquemment, on se soumet nous-même à un terrifiant boycott interne, nous empêchant ainsi de grandir.

Maslow et un certain nombre de psychanalystes humanistes parlent du complexe ou du syndrome de Jonas comme étant la peur de l’être humain devant « sa propre grandeur », la peur de l’être humain devant sa dimension personnelle. Le syndrome de Jonas, c’est vouloir réussir quelque chose à tout prix, tout en ayant très peur que ça arrive. Ce phénomène se traduit par la fuite des responsabilités, elle-même animée par la crainte d’échouer et aussi de briller.

Pourquoi Jonas ??
Il s’agit d’une référence à un passage de la Bible, au cours duquel Dieu confia à Jonas la mission de faire parvenir un message à Ninive, mais Jonas décida de fuir, se pensant incapable d’y arriver.

Des choix difficiles

Parfois, au cours de notre vie, on fait des choix qui ne nous mènent pas vers l’aboutissement, tout en sachant pourtant très bien qu’on ne prend pas la bonne direction.
Si on agit de la sorte, c’est par peur de notre propre grandeur et surtout un manque de confiance en sa réussite. Voilà une façon bien cruelle de nous saboter.
Le complexe de Jonas se traduit par des démons tels que la peur et l’anxiété, ce qui freine ainsi toute possibilité de connaître le succès.
En d’autres termes, vous savez ce que vous valez, ce que vous êtes capable de réussir, vous vous visualisez en train de réussir, mais vous avez un comportement qui ne pourra vous mener qu’à l’échec, et vous le savez très bien.

Les peurs

Ces troubles sont une réponse à la peur de connaître de plus grandes réussites que les autres, de faire face aux responsabilités que suppose la grandeur, de ne pas savoir aller de l’avant, d’être arrogant, d’échouer, etc…
Autrement dit, on a une façon obscure de créer notre propre souffrance. Ce n’est pas notre succès ou au contraire nos peines que l’on empêche, mais notre propre bonheur.
Dès que nous nous éloignons de notre zone de confort, voilà la peur qui resurgit. La peur est une des émotions les plus primitives qu’il soit. Notre inconscient nous mène souvent par le bout du nez, ce n’est plus un secret. Cette peur de la réussite, c’est aussi notre inconscient qui nous joue des tours. Paralysé par un manque de foi et par une trouille du succès, nous sommes protégés par nos petits démons. Nous ne prenons aucun risque.
La peur de réussir révèle plein d’autres peurs que celle du « simple » succès.
En sortant de notre zone de confort, en réalisant nos rêves par exemple, nous ne savons absolument pas ce qu’il adviendra de nous, nous n’avons aucune idée des nouvelles responsabilités qui vont nous tomber dessus. On pense à notre entourage, on craint le regard des autres…

La peur du regard des autres.

Réussir, ça veut forcément dire que, d’une façon ou d’une autre, on sort de l’ombre. Et qu’est-ce qu’on fait de ceux qui sont dans la lumière ? On parle d’eux, et pas toujours en bien. Malheureusement, réussir implique souvent aussi de se voir jugés et d’essuyer un tas de critiques. Il est bon de rappeler que, majoritairement, les personnes médisantes à l’égard de celles qui ont réussi sont souvent animées par la jalousie.

La peur du changement.

On l’évoquait plus haut, assumer sa grandeur et le succès qui va avec impliquent forcément de sortir de sa zone confort… et ça fout la trouille ! « Est-ce vraiment ce que je veux ? Que va-t-il se passer maintenant, que faut-il que je fasse ? Je ne suis pas sûr d’être prêt, tout a été si vite ! » En fait, on quitte une zone connue et donc sous contrôle, pour une direction tout à fait inconnue et absolument pas maîtrisée. Ça fait peur et c’est normal.

La peur de l’échec.

Le risque lorsqu’on connaît un premier succès, c’est d’y croire encore plus fort. Échouer peut faire extrêmement mal lorsqu’on tombe de haut. Consciemment, inconsciemment, tout le monde sait ça. La peur de réussir implique fatalement la trouille de rater et de tout perdre. Se lancer quand « on n’a rien à perdre », c’est une chose. Continuer d’avancer, succès et fierté à nos côtés, pour ensuite recevoir une claque, ça a un tout autre goût.

Et si la peur de sortir de sa zone de confort était juste un manque de confiance en soi ??

Pour Maslow, de la même façon dont on a peur du pire, on a aussi peur du meilleur. En d’autres termes, on se dit “je veux tout et rien en même temps, je préfère rester où je suis”.
Ses recherches montrent que les motivations des êtres humains naissent dans des besoins à satisfaire hiérarchisés en 5 niveaux. Une hiérarchie qui débute par les besoins physiologiques jusqu’à l’étape ultime, l’accomplissement de soi. Ces besoins créent des tensions générant des motivations.

Besoins physiologiques : besoins primaires dormir, se nourrir, boire, s’habiller.
Besoins de sécurité :  éléments de stabilité, de protection.
Besoins d’appartenance : intégration dans un groupe, statut social.
Besoins d’estime :  être reconnu, être aimé, être accepté par les autres.
Besoins d’accomplissement de soi :  se réaliser, s’épanouir, se développer personnellement.

Dualité Unité

« Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes »
Saint Paul

La vie est une épreuve qui permet de voir laquelle des deux natures nous suivrons et développerons. L’existence terrestre de l’homme n’est qu’une épreuve permettant de voir s’il concentrera ses efforts, son esprit et son âme sur ce qui contribue au confort et aux satisfactions de sa nature physique, ou s’il fera de sa vie une quête des qualités spirituelles.
L’Etre humain a quelque chose de divin qui s’évertue à le pousser en avant et à l’élever. Nous croyons que cette force intérieure est l’esprit qui vient de Dieu. Cet Etre a vécu avant de venir sur terre et il est maintenant ici pour se perfectionner l’esprit intérieur. À un moment ou à un autre de sa vie, tout Etre éprouve le désir d’entrer en contact avec l’infini.

Et pourtant…

Selon les choix qu’elle fait chaque jour et même chaque heure de sa vie, une personne se satisfait de ce qu’elle a et de ce que la vie lui offre. Par la maîtrise de soi, il s’élève vers les joies intellectuelles, morales et spirituelles, soit elle entre en conflit dans une dualité avec elle-même.
Tout ce qui existe a un contraire, donc sans la dualité nous sommes ignorants de l’existence de l’unité.
Pourtant, on entend souvent de la bouche même d’enseignants spirituels : on ne peut décider de choisir le bonheur sans avoir traversé le malheur. On ne peut se diriger vers la paix intérieure sans avoir vécu la tourmente. On ne peut opter pour la lumière sans avoir expérimenté l’ombre, etc… tout ça n’est que du blablabla de gourou sectaire !!

Pour retrouver l’Unité,

il est nécessaire de prendre des temps d’arrêt afin de voir les mécanismes qui opèrent en soi et engendrent la dualité. Sortir de la roue du quotidien et observer le fonctionnement de ses mécanismes permet de s’en défaire. Il s’agit de constater leur puissance et leur complexité et de voir comment vous contribuez inconsciemment à les recréer. Il est essentiel de sortir de son « engrenage » pour les observer, les comprendre et les vivre avec plus de conscience pour s’en libérer. Cette action d’observation est différente de ce que nous sommes habitués à faire. Elle implique de prendre une distance avec les mécanismes et d’accueillir ce que l’on voit. Cette façon de faire permet de se défaire des attachements qui nous emprisonnent. Décidons que nous serons dorénavant des hommes et des femmes au caractère plus élevé, plus conscients de nos faiblesses, plus bienveillants et plus charitables envers nous-même et les autres pour leurs défauts. Décidons que nous serons plus maîtres de nous dans notre foyer, que nous dominerons notre humeur, nos sentiments et notre langue afin qu’ils ne dépassent pas les limites du bien et de la pureté, que nous chercherons davantage à développer l’aspect spirituel de notre vie.

Comme je le dis souvent

Depuis quelques années tout s’accélère, tout transmute à une vitesse exponentielle… ce qui était vrai hier ne l’est plus forcement aujourd’hui, les enseignements d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’hier car tout est en perpétuel mouvement. Et comme le disait déjà le grand Vishnou, « Des gens non qualifiés passeront pour experts en matière de morale et de religion. […] Les hommes de peu d’intelligence, influencés par des théories aberrantes, vivront dans l’erreur. »

Le Contrat d’Ame

Lorsqu’une âme a terminé son contrat avec une autre, l’énergie stoppe d’elle-même la relation. La majorité de ces rencontres ne jouent pas un rôle crucial dans nos vies mais certaines nous font forte impression et touchent de nombreux domaines de notre vie, défient notre identité émotionnelle et rationnelle et finissent par engendrer le changement dans nos vies. Parfois la vie aide cette fin de contrat par un accident, un incident, une compréhension claire et nette ou un trop plein d’émotions qui fait sauter le bouchon assez loin pour ne pas le récupérer. Souvent, certaines personnes essayent en vain de se raccrocher à une autre qui est libérée de son karma ou de sa mission. Elles désirent encore et encore recevoir des attentions de la première sans comprendre que c’est fini et elles souffrent. Que ce soit en amitié, en couple, au travail, en association, dans un but humanitaire, lorsque le contrat arrive à expiration, il est caduc et il est bon de passer à autre chose. Les supplications, les demandes de pardon, les essais de rattrapage, les accusations ou les attendrissements ne servent à rien. Ce qui a été juste à un moment, ne l’est plus et c’est un cadeau à se faire de le comprendre, de l’accepter et d’évoluer en passant à d’autres relations ajustées dans l’énergie du moment présent. Cela évite la rancœur, la tristesse ou parfois, comme on peut le voir lors de faits divers bien tristes, des vengeances qui créent à leur tour de la souffrance pour des familles entières et un karma bien plus important… La paix de l’esprit s’installe et avec, la paix du cœur …

Contrat de vie

La raison et la logique nous dictent parfois un chemin ou une décision en contraste avec notre essence profonde, cela peut créer en nous des tensions, des conflits ou favoriser une maladie. Les anciennes traditions nous invitent à considérer l’être comme un tout ayant besoin de vivre en équilibre, corps, âme et esprit ensemble.
Lorsqu’on suit une démarche de connaissance de soi, on essaye souvent de décoder le sens caché des événements de notre vie pour retrouver notre guidance intérieure, la suivre, et ainsi respecter notre « contrat de vie ».

Des questions se posent à nous :
♥ Quel est le “contrat sacré” que j’ai accepté avant la naissance ?
♥ Quel est ce chemin qui donne sens à mon voyage sur la terre ?
♥ Comment rencontrer mon essence profonde et cheminer intimement avec elle ?
♥ Comment la manifester dans ma vie quotidienne ?
Le contrat de vie se reconnaît dans nos valeurs, talents et comportements. Lorsque nous vivons en cohérence avec lui, une joie profonde nous accompagne.
Se reconnaître en tant qu’être complet, spirituel, mental, émotionnel et physique.
Retrouver notre chemin intérieur, l’intégrer et le mettre en pratique au quotidien.
Développer notre attention aux signes de la vie et faciliter notre prise de décision.
Rencontrer une intimité plus profonde avec nous-mêmes.
Appréhender les signes…

La blessure de trahison

C’est une souffrance émotionnelle liée à la peur permanente d’être trahi, trompé, abandonné. La personne qui en souffre portera le masque de quelqu’un de très contrôlant avec ses proches ou dans son couple.
Cette blessure s’exprime par la mise en place d’un système de défense pour se protéger d’une traitrise, d’une déception, d’une malhonnêteté, d’une infidélité, d’un acte déloyal… Avant même qu’elle ait lieu !! Autrement dit, la personne qui en souffre a toujours peur qu’on la trahisse. Cette souffrance émotionnelle peut être subie par tout le monde, peu importe son âge ou son environnement de vie. Et une blessure qui n’est pas cicatrisée peut avoir de lourdes conséquences sur son couple, avec ses proches, au travail. Elle se traduit par un schéma de pensée dans lequel la personne blessée est toujours dans le contrôle, doute de la confiance des autres et se montre très exigeante envers elle-même et envers son entourage. Elle a constamment peur d’être trahie, blessée, déçue ou de passer elle-même pour un traitre. Elle a tendance à se projeter dans un futur où on va forcément lui faire du mal. Tout le monde peut en souffrir.
La personne qui souffre d’une blessure de trahison ne montre pas son vrai visage. Elle arbore une carapace qui lui permet de se protéger d’une éventuelle trahison. C’est en fait du bluff et faute d’authenticité, les rapports qu’elle entretient avec autrui sont toujours biaisés ou superficiels.
À force d’avoir été abandonnée, tu as perdu confiance en amour et tu te méfies en anticipant le pire. Cette blessure de trahison va essayer de contrôler ton faire ou ton avoir et aussi celui de ton partenaire et cela peut prendre différents schémas :

  • Tes partenaires te trompent/mentent ou tu les trompes.
  • Tu as du mal à faire confiance, plus particulièrement aux hommes.
  • Il est difficile pour toi de te laisser aller à tes sentiments et d’avoir le sentiment de perdre le contrôle.
  • Tu as besoin de contrôler les faits et gestes de ton partenaire.
  • Tu te sens facilement en compétition ou jalouse avec d’autres femmes et/ou hommes.
  • Tu peux avoir l’impression de pousser ton partenaire à te tromper à force de lui parler d’une femme ou d’un homme en particulier.
  • Tu te trahis toi-même et acceptes parfois des agissements qui sont à l’encontre de tes valeurs, voire tu te mens à toi-même.
  • Tu contrôles tes faits et gestes et cherches à te montrer fort(e)) et indépendant (e).
  • Tu as du mal à communiquer ce que tu veux vraiment dans la relation.
  • Tu évites les relations (amoureuses ou amicales) par peur d’être trahi et tu n’as pas de problème à être seul (e), c’est presque plus sûr que d’être en couple.
  • Tu te retrouves souvent dans des situations de manipulation, de jeux de pouvoir ou d’abus d’autorité. Tu peux avoir été victime d’attouchements ou de viol.
  •  Tu as du mal à lâcher prise, voire développes un côté obsessionnel.

Une simple blessure peut impacter sous de nombreuses formes ta vie amoureuse. C’est la raison pour laquelle la première étape dans mes coachings est de faire un bilan pour identifier les blessures qui te bloquent en amour, notamment avec le programme s’ouvrir à l’amour.

Guérir la blessure de la trahison

Pour guérir la blessure de la trahison, il suffit déjà de comprendre d’où vient cette blessure de la trahison dans ton passé.
La blessure de trahison n’est pas une fatalité en soi : elle peut être cicatrisée à condition de faire un travail sur soi-même et d’accepter de changer son mode de pensée. Surmonter cette blessure est tout à fait possible. Globalement, 6 étapes sont nécessaires pour cicatriser une blessure de trahison : On souffre bien plus en continuant à utiliser un système de défense qui ne fonctionne plus qu’en changeant de stratégie.

  • Conscientiser sa blessure : Pour amorcer un travail en profondeur, il faut prendre conscience de sa blessure, comprendre l’origine et la racine de cette souffrance. Cela va permettre de prendre enfin ses responsabilités. On est bien d’accord que c’est douloureux, mais c’est une étape indispensable pour s’en libérer.
  • Se pardonner d’avoir été si contrôlant, d’avoir co-créé une énergie et des rapports basés sur la méfiance et sur l’exigence et ne pas ruminer les erreurs du passé qui sont, par définition, immuables et donc plus maîtrisables.
  • Accepter d’évoluer : La vie est bienveillante et veut absolument que l’on se libère de tout. Pour cela, elle nous fait connaître des schémas qui se répètent pour qu’on puisse apprendre à ne plus reproduire les mêmes erreurs et à évoluer pour devenir des meilleures versions de nous-même. Cela passe aussi par le fait d’arrêter de hiérarchiser ses rapports et d’idéaliser l’autre (exemples : mon père ou ma mère est supérieur à moi, il a donc l’ascendant sur moi ; mon conjoint ne me mérite pas, je ne comprends pas ce qu’il fait avec moi, je le mets sur un piédestal comme un père ou une mère-modèle… On a toujours besoin de croître et d’évoluer… On n’est jamais un être fini : on est toujours en devenir.
  • Oser en parler, que ce soit à son entourage ou à un thérapeute si on en ressent le besoin.
  • Lâcher-prise, laisser la place à l’imprévu et remettre de la légèreté dans sa vie à l’aide d’outils thérapeutiques comme des soins énergétiques, des séances de méditation etc… Progressivement, la personne va comprendre que c’est épuisant de tout contrôler et d’avoir peur en permanence de l’échec. Elle va comprendre qu’il faut désormais désamorcer ce qui est douloureux. Il faut bien avoir en tête que l’on souffre bien plus en continuant à utiliser un système de défense qui ne fonctionne plus qu’en changeant de stratégie.
  • Apprendre à reprendre confiance en soi et retrouver sa vraie valeur, sans se mettre de pression. Il faut du temps pour modifier un système de pensée. Parfois, on a des rechutes qu’il faudra accepter. C’est le plus beau cadeau que l’on peut se faire.

La blessure d’abandon

Quand il est mal supporté, le sentiment d’abandon se traduit par une série de manifestations physiques et psychiques pouvant aller du simple serrement de cœur à l’anxiété, de la dépression à l’agressivité en passant par des épisodes phobiques.
Cette avidité affective produit un mélange d’angoisse, d’agressivité et de dévalorisation de soi : “je ne suis pas aimé parce que je ne suis pas aimable”.
Ce qui crée la souffrance, ce n’est pas l’émotion, mais le blocage de l’émotion imposé par le mental ; soit le blocage de la reconnaissance de l’émotion, soit encore le blocage de ce que peut être ressenti de l’émotion, soit enfin le blocage de l’expression de l’émotion.
Le mental est ce qui nous coupe du moment présent, il nous projette dans le futur ou nous entraine dans le passé. Il nous coupe de nos émotions, il nous empêche de les ressentir et de les vivre.
Les attitudes affectives de la personne abandonnée qui peut se lancer dans la conquête à tout prix, tomber dans la dépendance affective si elle rencontre son Anima ou son Animus, séduire une personne déjà en couple pour être sûr de ne pas s’engager et provoquer l’abandon. Le manque de confiance en soi se trouve souvent caché, la personne peut aimer à la folie et rejeter son prétendant. Ca peut être aussi un perfectionniste sur le plan relationnel, il faut trouver l’être parfait, cela le mène à une recherche effrénée et bien entendu à la déception car la perfection n’existe pas, il recherche l’être avec qui fusionner et être libre, ce qui est contradictoire, impossible et débouchera vers l’insatisfaction.
Comment guérir ??
Seule la personne souffrante est capable d’effectuer le travail qui lui permettra de guérir, vous pouvez juste lui donner quelques indices, lui donner tout votre amour en la comprenant, en lui laissant trouver son chemin de l’Amour et de la guérison.

  • Supprimer toutes les addictions et compensations. Pas de médicaments ou peu si nécessaire.
  • Ne pas attendre de solution “miracle” être son propre guérisseur.
  • Eteindre et faire taire son mental (pratiquer la méditation pleine conscience par exemple).
  • Reconnaître, ressentir et exprimer les émotions liées à l’abandon. Apprendre à fluidifier et transmuter ses émotions.
  • Reconnaître ses stratégies de survie et identifier ses scénarios de vie (souvent répétitifs)
  • Reconnaître sa blessure l’abandon comme réelle et problématique.
  • Coopérer avec son inconscient et pactiser avec lui, se donner des permissions, des autorisations.
  • Changer sa façon de voir la relation à l’autre, à l’Amour. Ouvrir son cœur.

Le Rejet

On a tous été ou nous sommes encore influencés à différents degrés par la blessure de rejet. Que ce soit un refus de qui que ce soit, une séparation, une peur de ne pas être à la hauteur, une critique d’un ami, tout ça vient réveiller cet inconfort qui monte en soi à ce moment là. Le rejet fait partie de la réalité car on vit en interaction les uns les autres. Par contre, il est possible d’en arriver à ne plus prendre les choses personnellement et pouvoir utiliser ces situations pour augmenter notre estime personnelle.

Voici 7 moyens pour vous aider à vous en libérer grandement :

1. Inutile de se sentir vexé. Tout le monde a le droit de ne pas être d’accord avec soi, d’avoir ses opinions, d’exprimer des ressentis qui peuvent différer des nôtres. Devenez observateur de votre réaction et de celle de l’autre. Cette personne aussi peut s’exprimer à partir de ses blessures. Osez préciser votre point de vue, prendre votre place. Pratiquez-vous à le faire pas à pas au lieu de fuir dans la peine ou la frustration. Évitez de laisser tout ça prendre du pouvoir sur vous. Sinon, c’est comme avoir vécu quelque chose durant deux minutes et le faire durer très longtemps.

2. Dissociez-vous du rejet. C’est votre opinion, votre projet qui peut être rejeté et non vous personnellement. Inutile de se rejeter soi même en plus. Si une personne veut s’éloigner de vous, ce n’est pas nécessairement dû à vous, mais en rapport avec la situation qui ne lui convient pas. Un « non » provenant de qui que ce soit n’a rien à voir avec votre valeur spécifiquement.

3. Cessez de fuir. Le mécanisme de défense associé au rejet est la fuite. Donc, devant ce sentiment, il peut arriver qu’on s’isole dans ce temps-là et que du stress, de l’anxiété émergent pour inconsciemment tenter de se protéger, mais ça ne règle rien. Choisissez plutôt de vous sentir bien ancré au présent, amusez-vous, faites quelque chose qui vous suscite du bien-être, qui vous fait sentir vivant, enjoué, relaxe au lieu de ruminer ce qui est déjà passé et fuir dans des scénarios activés par le mental. Ça ne veut aucunement dire de ne pas régler ses problèmes, de ne pas prendre position, mais d’éviter d’amplifier inutilement, générant ainsi des cycles de souffrances multipliés.

4. Dire non au mal-être. Dans le cas des sentiments difficiles comme le rejet, on demeure trop souvent soumis à l’émotion ou à une autre personne par exemple. Il importe de devenir observateur de ce qui est et agir comme un acteur de changement. La peur de se tromper, d’être jugé, la soumission, gardent l’être comme dans une cage inutilement. Osez faire de nouvelles choses qui optimisent votre confiance et votre estime personnelle et vous éloignerez davantage les situations qui suscitaient ces états limitatifs. Faites-vous aider au besoin par un thérapeute de confiance.

5. Redéfinir vos perceptions. On vous a refusé une promotion… Au lieu de dire « On m’a exclu de la liste des gens retenus », vous pourriez dire « Ma candidature n’a pas été retenue ». Au lieu de dire « Tel ami m’a rejeté », vous pourriez dire, « Nos chemins se sont séparés pour nous amener à vivre autre chose pour le meilleur des deux en ce moment ». Soyez dissocié de la situation en gardant seulement l’apprentissage et non une charge émotionnelle suractivée par l’analyse, le mental, l’ego. Si ça ne fait pas notre affaire, à nous de nous élever au-dessus de ça de façon positive et constructive, et de nous en servir pour rehausser notre confiance et estime personnelle, car la vie nous fera vivre ici et là de telles situations au fil des ans, on le sait. Vous le savez et le ressentez que le fait de maintenir une basse vibration attirera ce que vous redoutez. S’apitoyer ne fait que favoriser le mal-être et le perpétuer. Il en va aussi de la responsabilité des autres, de changer pour le meilleur bien entendu.

6. Un signal pour mettre de l’ordre. Il peut être aussi possible d’utiliser certaines situations de rejet comme un indicateur qui nous informe que des changements peuvent être à faire. Imaginez une personne qui se présenterait à une entrevue d’embauche avec une attitude morose, nonchalante… Eh bien l’exemple parle de lui-même. C’est la même chose sur le plan relationnel, etc. Il peut être aussi important de demander le pourquoi de certains refus à votre interlocuteur pour vous aider à mieux vous connaitre et vous aider à améliorer certains points. Gare aux pensées et croyances défaitistes envers vous-même, comme par exemple « Je ne suis pas à la hauteur », « Cette personne est trop bien pour moi », etc. C’est une forme d’ordre à rétablir que de se trouver de plus en plus une personne merveilleuse qui apprend pas à pas sur la belle route de la vie.

7. Oser dire non. Prenez position pour cesser de vous rejeter vous-même. Osez le dire si quelque chose ne vous plait pas, ne vous convient pas. Vous évitez ainsi l’accumulation de frustrations ou émotions difficiles et vous protégez vos énergies. En plus, vous pourrez passer à autre chose plus rapidement. Et si un désagrément arrive quand même, prenez du recul, confiez-vous, allez faire une marche dans la nature, faites-vous plaisir, pensez à vous !

Bien que sommaires, ces quelques pistes de réflexions si, appliquées quand c’est nécessaire, peuvent vous aider à trouver davantage de sérénité et augmenter votre joie de vivre. Je vous encourage à innover avec vos propres moyens, actions et inspirations et à choisir le bonheur, la santé, la joie profonde au fil des jours.

Line Bolduc

Le besoin de reconnaissance

Le mot reconnaissance vient de reconnaître, et donc de connaître. La personnalité de chacun, et ceci depuis sa plus tendre enfance, est le compromis que l’on trouve entre ses propres pulsions, désirs et le monde extérieur. Ainsi, s’il y a un tempérament de base, de nature innée, la personnalité se constitue avec l’éducation et les événements de la vie jusqu’à l’adolescence. Le rapport à l’autre et surtout aux parents est crucial car la vision qu’on a de soi, des autres et du monde se constituent vers l’adolescence. Or selon la façon dont le parent « reconnait » l’enfant, il va se constituer l’image de lui-même et celle des autres. Ainsi une mère dépressive qui ne regarde pas son enfant ou le regarde avec tristesse, donnera à l’enfant l’impression qu’il est mauvais et qu’il génère chez l’autre du dégoût, et développera plus tard probablement un défaut d’estime et de confiance de soi, une honte de lui-même et donc un besoin de reconnaissance. Dans la reconnaissance de ses parents, l’enfant cherche à être aimé. C’est pour lui une ressource nécessaire, pour pouvoir s’affirmer par la suite.
Adulte, ce besoin d’identité est bien sûr toujours présent justement lorsque l’enfance n’a pas été suffisamment nourricière en estime de soi. Moins on a eu de reconnaissance de ses parents, plus on va désespérément la rechercher adulte.   Ainsi les adultes qui ont manqué d’amour dans l’enfance paraissent immatures, infantiles, dans les situations de dépendance affective.

D’une certaine façon, tout le monde a besoin de reconnaissance mais ces besoins sont différents d’une personne à l’autre…

La recherche de reconnaissance peut être un bonus dans la vie d’adulte mais ne doit pas être le « pilier » sur lequel on s’appuie pour avoir confiance en soi.

Elle se manifeste de différentes façons :

  • Besoin d’être admiré et félicité. Cela peut être par exemple l’enfant doué dans l’enfance à qui tout réussissait et qui n’arrive pas à s’adapter à un monde de compétition.
  • Besoin d‘être approuvé dans ses décisions. Il s’agit des personnes qui ne sont pas autonomes, pas sûres de leurs décisions.
  • Besoin affectif intense. Ce sont les personnes qui ont manqué d’amour ou ont été maltraitées.
  • Paranoïa. Ce sont des personnes qui veulent être respectées mais à l’excès. Qui ne supportent pas les limites, qu’on leur dise non.

Il est donc crucial, et c’est cela entrer dans l’âge adulte, dans la vraie sagesse, de travailler à vivre avec cette faille, ce manque. C’est le chemin d’individuation, où l’on est son propre guide et où l’on admet que l’on mérite d’exister comme tout le monde, et que nos imperfections sont celles de tout être humain. Quand on ne cherche plus la reconnaissance, on peut s’aimer tel qu’on est et aimer les autres vraiment. Ne pas les utiliser pour nourrir notre égo, ou calmer notre détresse.
Tant que l’on n’est pas « complet », que l’on n’a pas atteint la maturité qui consiste à bien se connaître, à être en paix avec soi-même et à s’accepter, nous allons chercher au dehors l’amour que nous ne nous donnons pas à nous même. Beaucoup de personne souffrent de ne pas être reconnus. Notre société est très violente dans les rapports humains et que l’on ne prend pas le temps de prendre soin les uns des autres. On se critique par derrière, on se fait des coups bas, on se parle mal. C’est une grande brutalité que de croiser quelqu’un qui nous nie comme si nous n’existions pas.
Ainsi, pour survivre dans ce monde individualiste, il vaut mieux n’avoir besoin d’aucune reconnaissance. Par contre, au lieu de la chercher, il est urgent d’en donner. Ainsi on pourra adoucir le monde. Ce dont nous avons besoin, donnons-le, cela fait beaucoup moins souffrir car moins frustrés et en plus le sentiment de faire du bien autour de soi est très gratifiant et participe au sentiment de bonheur.
Malheureusement et de plus en plus, sommes bien souvent trop sur la défensive. Nous vivons souvent avec la mentalité du château assiégé. Nous construisons des canons, des barricades, nous voulons vérifier que personne ne va attaquer le château. Nous voudrions que tout le monde alentour clame que ce château est le meilleur. Le contraire, c’est de prendre soin du château qui nous a été offert, de le restaurer, de le décorer de faire un jardin magnifique.  De plus, lorsqu’on se sent seul, exclu, quand on se sent une victime de tous, qu’on n’arrive plus à se sentir aimé ou à donner de l’amour. Quand on répète des échecs professionnels ou amoureux. Quand on se sent harcelé. Personne ne peut nous sauver. Personne ne nous prouvera définitivement que nous sommes parfaits, parfaitement aimable et que rien ne nous arrivera de grave car nous sommes un être protégé.

En complément, le besoin de reconnaissance est souvent lié au sentiment d’avoir été abandonné, trahie. La peur d’être seul devient un gouffre au fil des années et ces personnes ont toujours besoin d’être entourées pour se sentir important.  Elles se font beaucoup d’amis rapides qui disparaissent aussi rapidement qu’ils sont arrivés car dès que ces amis ne répondent plus présents ou s’intéressent moins à elle, s’ils descendent dans l’échelle de valeur de l’intéressement, ils sont virés rapidement.
Celle ou celui qui sait reconnaitre ces comportements doit prendre du recul et rester ferme dans une relation avec ces personnes toxiques pour ne pas se faire happer ou jeter et rester dans une relation neutre.
Observez-vous. Observez si vous avez ce comportement pour le libérer en guérissant ce besoin de combler une peur de la solitude, et observez aussi si dans votre entourage, vous avez des personnes souffrant de dépendance affective. Souvent très imposantes, prenant de la place, se rendant intéressantes dans un domaine, parlant fort pour se faire remarquer.
On peut imaginer que c’est de l’orgueil ou de la vanité, et c’est simplement la manifestation de la peur de la solitude et le manque de valorisation reçu qui manifeste cela. Le fait d’avoir été dévalorisé au détriment d’un frère ou d’une sœur peut aussi créer cette réaction
En travaillant sur le développement de la confiance en soi, ces comportements peuvent changer.

En s’aimant telle qu’elle est et en devenant son (sa) meilleur(e) ami (e), la guérison se transforme en magie et la vie devient sereine et équilibrée.

Signes dans la main

La chiromancie est une ancienne méthode de prédiction de l’avenir et d’interprétation de la personnalité d’une personne à partir du motif des lignes des mains. Parfois, ces lignes peuvent former des nombres et des lettres pairs. La signification a été étudiée par de nombreux mystiques. Comme beaucoup le croient, les lignes sur la paume révèlent notre caractère et notre destin. Considérée comme étrange par quelques-uns, c’est un art divinatoire qui se pratique depuis des siècles. Née de l’astrologie hindoue, cette pratique se trouve dans les anciens textes de divination chinois. Maîtrisée par Aristote, il l’a par la suite transmise à Alexandre le Grand, qui l’a utilisée pour en apprendre plus sur le caractère de ses officiers militaires.

Vous pouvez le vérifier sur la main inverse à votre nature… ou sur les deux.

Le signe delta dans la main.
Le delta Δ désigne une personne équilibrée, calme et réfléchie, lucide et surtout très intuitive. Serviable et docile, elle n’en est pas moins déterminée et conserve ses propres convictions. Elle aspire à la spiritualité et peut avoir des dons de guérison. Le delta est le signe d’une aspiration spirituelle profonde et sincère. La personne se tourne davantage vers un courant universel, syncrétique que vers un mouvement sectaire. Désireuse d’être en harmonie avec le cosmos, elle adapte son quotidien à sa foi et s’engage dans une pratique régulière et sérieuse. Le delta signifie Dieu, le père, la clairvoyance, l’acceptation, l’harmonie. A l’intérieur du signe il peut y avoir aussi un asterix.*

Le signe M dans la main.
La lettre M est attribuée à des personnes vraiment spéciales. Ils sont dotés d’une intuition extraordinaire et représentent les partenaires idéaux pour toute entreprise. Si les personnes que vous aimez ont la lettre spéciale M à l’intérieur de la paume, vous devez savoir que vous ne pouvez pas vous moquer et que vous ne pouvez en aucun cas mentir ou tromper cette personne. Étant très intelligents et intuitifs, les personnes se rendent facilement compte qu’on leur ment ou qu’on les trompe. Ils sont doués du pouvoir de gérer et de surmonter n’importe quel obstacle dans la vie, et ils savent exploiter les ressources et les opportunités qui s’offrent à eux. La lettre « M » sur votre paume peut également signifier que vous avez de compétences en leadership. Selon la tradition populaire, ce signe est caractéristique des prophètes… Alors si vous avez cette lettre en main, vous êtes vraiment une personne spéciale !!

Perception

Beaucoup d’entre nous se croient capables, à tort ou à raison, de pouvoir juger quelqu’un du premier regard. Est-ce une réflexion, une perception ou tout simplement de l’intuition ?? Face à un visage comprenant certaines similitudes avec d’autres,  par impression nous aurions tendance à reproduire un même jugement. En résumé, nous jugeons en fonction des ressemblances des personnes que l’on a déjà rencontrées et la notion de jugement entre en jeu !!

Par réflexion,  la machine à penser se met à fonctionner  consciemment ou inconsciemment et   notre première impression peut se révéler fausse, notamment quand on a la fâcheuse habitude de voir le mal partout. En effet, nous créons notre avis à partir de notre expérience, mais aussi de nos émotions.

Par perception visuelle, ou sensorielle qui consiste à avoir des capacités de connexion avec l’environnement extérieur  et « capter » des choses que d’autres ne voient pas.  Ce qui laisse supposer que nous possédons un système faisant appel à d’autres processus que ceux de l’intelligence rationnelle.

L’intuition, elle, s’avère souvent être de très bon augure dans notre vie actuelle, trop réfléchie, trop contrôlée, trop calculée, trop limitée trop de trop quoi. Le lâcher-prise est l’un des meilleurs remèdes, et savoir se fier à son intuition ou aux messages de notre corps et de notre environnement est la clé pour retrouver la paix intérieure.

Albert Einstein disait : « un esprit intuitif était un don sacré et qu’un esprit rationnel était un serviteur fidèle ». Il ajoutait que nous avons créé une société qui honorait le serviteur, mais qui avait oublié le “don”

L’intuition est une capacité innée qu’il vous faut exercer, surtout après avoir voulu l’effacer. Plus vous l’exercerez, plus elle vous dirigera vers les bonnes décisions et plus vous lui ferez confiance, plus vous aurez confiance en vous !!

Eveil

A l’heure actuelle, [j’aime bien commencer par cette phrase car ça fait bien une quarantaine d’année que je l’entends] beaucoup de choses sont en train de changer dans le monde. Nous vivons une époque d’éveil spirituel et de désir de changement sans précédent. Beaucoup de consciences s’éveillent sur des problèmes ou pratiques obsolètes et qui doivent désormais changer. De nombreuses personnes désirent prendre leur vie en mains et sortir du schéma classique imposé par la société ou leur façon de fonctionner. Ne plus supporter ce qui vous dérange comme le mensonge, la superficialité et tout ce qui n’est pas authentique. Beaucoup de lieux ou de personnes que vous fréquentiez auparavant ne vous intéressent plus, voire vous dépriment. Vous faites un rejet total  face au mensonge, de tout ce qui est superficiel et pas authentique, qui n’est pas en phase avec qui vous êtes. Vous êtes en quête de vérité, de simplicité, qui fait vibrer votre cœur.

Le mensonge est la plaie de l’humanité !! On le retrouve aux quatre coins du globe, dans la rue, au travail, avec vos proches, dans la pub, les infos, la religion, la spiritualité etc… il est partout. Dernièrement, venant d’une adepte, « le mensonge c’est naze… surtout pour celui qui ment « Ca laisse réfléchir quand même bien que c’est naze pour tous. Alors pourquoi ces mensonges ?? Dans la pub, les infos, la religion et la spiritualité c’est facile c’est souvent par soif de pouvoir, mais pour les autres… souvent par peur, de ne pouvoir assumer la vérité, par plaisir aussi ;  puis s’installe un certain confort et l’habitude prend le dessus. Quel masque porte le menteur, celui du fuyant, du dépendant, du contrôlant, du manipulateur, du maso ?? Quelles blessures peuvent l’animer pour en arriver à mystifier et tromper avec un aplomb et sang-froid hors du temps et de l’espace ?? Autant de questions qui à un moment donné vous interrogera surtout lorsque vous êtes sur un chemin d’éveil. Pour quelqu’un qui voit les Auras, rien de plus facile on sourit, mais pour la personne lambda comment le vit-elle lorsqu’elle découvre la supercherie, la trahison ??

Le superficiel c’est une plaie identique car un mensonge avec son être qui l’éloigne de qui il est. Souvent en besoin de reconnaissance et en manque de confiance en elle, la personne baignera dans le paraître !! Etre authentique vous apportera beaucoup plus de satisfaction sur le chemin de votre vie car ça devient un processus normal.

Soyez vigilant, prenez votre temps, testez…

Selon Platon :

Tout homme sait tout en puissance. Qu’est-ce alors qu’apprendre ?  Selon la représentation courante, apprendre, c’est accueillir quelque chose d’étranger dans sa conscience ; apprendre c’est donc remplir un espace vide par des choses qui sont étrangères à cet espace même. L’esprit ou l’âme serait une “table rase”, une tablette de cire sur laquelle rien n’est écrit et qui reçoit des impressions extérieures. Selon Platon, il y a certes des représentations de choses qui viennent de l’extérieur mais ce sont des représentations de choses singulières, passagères, des impressions sensibles. Or le véritable savoir est le savoir de l’universel, de l’Idée et ce qui est universel, ce qui est Idéal, n’est pas dans les choses mais dans l’esprit. L’universel est déjà dans l’intellect et il faut le découvrir. Apprendre c’est retrouver en soi-même la connaissance des Idées, c’est actualiser ce que l’on sait en puissance.

Antahkarana

canal invisible constitué de lumière. Ce canal forme un pont entre le cerveau physique et l’âme, et se construit principalement grâce à la méditation et au service des autres.
Autorisez-vous à imaginer la possibilité que vous soyez constitué d’une certaine fréquence de Lumière… Imaginez que vous êtes fait de Lumière… Il n’y a rien que vous ne devriez être, si ce n’est qui vous êtes vraiment ici et maintenant.

PRENDRE RDV